Avril et le monde truqué, uchronie inspirée

Premier week-end de vacances, les sorties se bousculent, certaines en éclipsent d’autres en frôlant l’overdose médiatique, je vous en parlerais peut-être ici, ayant été fan de la première heure mais je dois vous avouer que cette nouvelle manière de faire le cinéma est quelque peu anxiogène pour moi. J’ai donc choisi de vous parler d’un film encore à l’affiche qui n’a pas vraiment eu les faveurs de la presse bien que primé à Annecy et qui se maintient dans certaines salles obscures. Il relève à la fois de la création BD et d’un hommage non voilé à un cinéaste dont je vous ai souvent parlé ici : Hayao Miyazaki. Avril et le monde truqué, réussi le mariage entre la BD de Jacques Tardi et les inventions de Miyazaki. Mélange qui n’est pas si étonnant quand on sait les inspirations de Miyazaki lui même, mais avant de mener plus avant cette réflexion quelques mots sur le synopsis du film.

Avril-et-le-monde-truque-adapte-de-l-univers-de-Tardi-sacre-a-Annecy_article_popin

Avril et le monde truqué, studio canal

Le film s’ouvre sur la guerre et Napoléon III venant inspecter un scientifique censé lui apporter l’arme ultime : un sérum rendant immortel. A la place le scientifique a seulement réussi à faire parler d’étranges animaux, qui prennent la fuite lorsque le souverain tire sur leur bocal pensant qu’ils sont malgré tout immortel. Dans cette débâcle le laboratoire explose emportant le souverain et le scientifique. Dés lors le souverain est remplacé par son fils, la guerre contre la Prusse n’a pas lieu et la dynastie des Napoléons perdure en France. En parallèle un à un les scientifiques sont enlevés, ainsi Paris est privé d’inventions majeures comme l’électricité. Nous sommes donc dans un monde où la vapeur règne en maître le charbon ayant été épuisé, tout n’est que vapeur et Paris est encombré de rail aérien, la tour Eiffel se voit affublée d’une jumelle pour devenir une gare pour le tram à vapeur. Les arbres n’existent plus et seul subsiste un spécimen au Grand Palais. Les quelques scientifiques qui restent sont soit au main du pouvoir soit clandestin. Nous suivons alors les héritiers du scientifique mort en cherchant l’ultime sérum, son fils et sa femme tentent eux aussi cet exploit malgré la peur de l’enlèvement et des autorités. Avril c’est la petite fille qui n’est encore qu’une enfant qui regarde ses parents manipuler les tubes à essais. Tout bascule quand les autorités tentent de rallier à leur cause les parents et l’aventure d’Avril commence.

Si au départ on entre dans la BD de Tardi au fur et à mesure la BD s’efface et c’est l’univers apocalyptique qui nous captive. Une uchronie qui prend pour terrain de jeu Paris dominé par deux improbable tours Eiffel.

le-chateau-dans-le-ciel-9236

Le château dans le ciel, Hayao Miyazaki

Avant de vous laisser pour d’autres aventures ciné, quelques mots sur l’hommage à Miyazaki. Comment dans un film sur Paris inspiré des dessins de Tardi voir une référence à Miyazaki ? Tout simplement car cette inspirations n’est pas cachée. Que ce soit dans les objets volants qui font directement référence au Château dans le ciel ou au Château ambulant, où même dans la thématique de la nature, Miyazaki est bien présent. On ne peut s’empêcher de penser à l’arbre luxuriant de Mon voisin totoro en voyant le pauvre spécimen restant dans le Grand Palais que le grand père vient visiter comme un être cher. Les deux réalisateurs Christian Desmares et Franck Ekinci ne s’en cache d’ailleurs pas, dans l’interview donnée sur le site Cineuropa, à la question des influences autres que Tardi Christian Desmares répond :

Miyazaki était la référence principale. D’abord pour une raison stylistique car il y a un vrai cousinage entre son univers et celui de Tardi, notamment le côté “steampunk” quand on pense au Château de Cagliostro, au Château ambulant ou à la série des Sherlock Holmes.

Vous pouvez découvrir Avril et le monde truqué, dans quelque cinéma indépendant comme les 3 Luxembourg, le studio Galande, le studios des Ursulines. Un conseil faîte vite il sera bientôt éclipsé par les sorties cinéma ! 

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *