Les hommes préfèrent les blondes, gentlemen prefer blondes

Après cette escapade en terre d’Albion, nous revenons à notre thème, pour cette fois ci après en avoir vu les deux exemples qui peuvent être considérés comme les plus représentatifs, questionner le thème. Notre propos dans les deux articles qui vont suivre est d’appliquer le statut de screwball comédie à des films non encore estampillés comédies excentriques.

Pour cette première interrogation nous retrouvons le réalisateur Howard Hawks à l’origine de deux sommets de la screwball comédie, “L’impossible monsieur bébé” que nous venons de voir et “La dame du Vendredi” dont nous reparlerons. Il est aussi l’auteur d’une comédie musicale bien connue, “Les hommes préfèrent les blondes” c’est ce film qui n’a pas moins que Marilyn Monroe et Jane Russel en actrices principales que nous allons questionner.Avant toute chose quelques mots sur l’histoire. Lorelei, Marilyn Monroe, danseuse dans un cabaret rêve d’épouser un millionnaire, elle est en passe d’avoir trouvé l’élu qui souhaite l’épouser malgré les réticences de son père. Lorelei planifie un mariage en France mais le futur est sommé de ne pas faire le voyage avec elle et doit la rejoindre à Paris. A cette blonde ingénue est associée une pétillante brune Dorothy, Jane Russel, meilleure amie et danseuse elle aussi, qui n’a de cesse de veiller sur son amie. Les voilà toutes deux embarquées pour une longue traversée, Dorothy chargée de veiller sur son amie et qui compte bien aussi prendre du bon temps, n’étant pas pour sa part attirée par l’argent mais par les beaux messieurs. Comme vous l’aurez deviné la traversée se révèlera bien mouvementée et mettra à rude épreuve le futur mariage, car pour bien faire les choses si le futur n’est pas là pour veiller sur sa blanche colombe, un détective au frais du père ne compte pas rater une miette des faux pas que celle-ci ne pourra s’empêcher de faire. Le tout s’accompagne de somptueux numéros de chant, tel l’inoubliable ” Diamonds are the Girls best friends”.Nous sommes donc à première vue en présence d’un genre bien défini celui de la comédie musicale, mais c’est sans compter sur le réalisateur Howard Hawks pour qui le drame et la comédie ne sont que des questions de point de vue. Nous retrouvons en réalité dans cette comédie musicale toutes les ficelles de la screwball comédie de l’excentricité à la satire.

La screwball comédie, comme nous avons pu le voir, est avant tout une comédie basée sur une comédie de moeurs mettant en jeu mariage, remariage ou divorce. Dans “Les hommes préfèrent les blondes” c’est bien d’un mariage qu’il est question et toute l’intrigue et les gags se déroulent autour de ce point crucial et de son accomplissement. L’autre élément important de la screwball est bien sûr la folie, le caractère imprévisible et excentrique des personnages, là aussi on ne peut que remarquer l’atmosphère de folie et de non-sens de cette comédie musicale qui s’éloigne du genre. En témoigne l’état proche du cartoon dans lequel est mis le futur à chaque fois que sa blonde Lorelei l’embrasse, au point de faire dire à sa brune acolyte qu’elle doit mettre un anesthésiant dans son rouge à lèvre et au réalisateur d’en rajouter avec un bruitage digne de Tex Avery.

L’autre élément que nous avons pu remarquer dans la screwball concerne la satire. Là aussi “Les hommes préfèrent les blondes” offre toutes les caractéristiques de la screwball et surtout de la screwball made by Howard Hawks. Ce réalisateur, comme nous avons pu le voir a pour habitude de conspuer, le milieu du journalisme, de la politique, de la justice ou de l’aristocratie. Ici point de journaliste mais un détective privé bien peu scrupuleux qui va néanmoins tomber sous le charme de la jolie brune. Si le détective est quelque peu tourné au ridicule et se trouve littéralement déshabillé, c’est entre les murs de la justice que se déroule une des scènes les plus folles et donne au tribunal une allure de cabaret, bien peu conventionnelle.
Cependant il n’y pas de réelle satire de la justice, ici aussi comme dans nombre des comédies d’Howard Hawks la satire porte sur les personnages masculins.

En réalité “Les hommes préfèrent les blondes” porte cette satire à son plus haut point.
Les personnages principaux sont deux femmes, les hommes sont montrés à la fois faibles et sans envergures, même les athlètes faisant la traversée sont au régimes sec et n’ont le droit que de s’entraîner. Le seul personnage masculin montrant une certaine bravoure n’est autre qu’un enfant de 10 ans, qui malgré son jeune âge n’hésite pas à aider Marilyn dans une position bien inconfortable et la complimenter sur sa beauté. Ce constat d’absence des hommes est d’ailleurs bien résumé dans le numéro de chant de Dorothy qui bien qu’environnée d’athlète s’écrit y a t’ il quelqu’un prêt pour l’amour, et se trouve bien seule. Le rôle habituellement masculin dans un duo de comédie musicale et en fait joué par la brune. Nous sommes aussi en présence d’une comédie sur l’amitié, chacune ne pensant qu’au bonheur de son amie. Les hommes ne font que quelques apparitions bien peu glorieuses, et sont de véritable faire valoir pour ces femmes au tempérament bien affirmé, qui choisissent même à l’image de Marilyn de jouer les idiotes, comme le prouvent certaines de ses répliques hautement sensées. Pour preuve sa réponse au père de son futur mari, qui lui reproche d’épouser son fils pour son argent “Ne savez vous pas qu’un homme qui a de l’argent c’est comme une fille qui est jolie, vous n’épouserez pas une fille seulement parce qu’elle est jolie mais mon dieu ça aide bien non ?”.
Les apparences sont donc trompeuses et ce qui passe pour une comédie musicale et en fait bien une screwball comédie avec un fort taux de satire et de folie.
Il ne vous reste plus qu’à savourer le film ! Petit indice sur notre prochain article, le réalisateur que nous questionnerons vous surprendront sûrement et nous ajouterons même que vous le connaissez bien !! Bonne séance !

You may also like...

2 Responses

  1. 5 February 2014

    […] le genre de la screwball comédie avec deux autres films : L’impossible monsieur bébé et Les hommes préfèrents les blondes. Mais ce n’est pas seulement à la screwball comédie que ce réalisateur s’est frotté, […]

  2. 29 June 2014

    […] Au Grand Action à 20h, Les hommes préfèrent les blondes, film mythique aux chansons on ne peut plus mythiques, chacun se souvient de Marylin et de son « Diamond are the girls best friends ». Comédie musicales mais pas que, dont vous je avais parlé plus longuement il y a quelques temps sur le blog. […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *