Vers une fin des studios ghiblis quand poésie et public ne font plus bon ménage

Depuis la naissance du blog je n’ai pu m’empêcher de vous parler de mon autre passion cinéma en dehors des classiques : les films d’animation et plus particulièrement les films des studios Ghibli. Je ne pouvais donc passer à côté de cette nouvelle qui m’attriste au plus haut point la possible fin des studios Ghibli.
Si Miyazaki avait annoncé sa retraite, je ne savais pas à quel point son dernier film Le vent se lève faisait figure de testament. C’était pour moi la fin des films de Miyazaki mais comme le troisième homme des studios ne semblait pas prendre sa retraite je pensais que les studios subsisterais malgré tout. Or les studios viennent d’annoncer qu’il devait prendre une pause. Princesse Kaguya Le dernier film de Takahata le troisième homme des studios a été un échec commercial, le coût des films n’est plus rentabilisé par leur réception par le public.
Ce qui transparaissaient dans le film testament de Miyazaki s’avère en fait symptomatique de notre société. Car l’échec de Princesse Kaguya semble pour moi aller au delà d’une possible fermeture d’un studio et mettre à jour une caractéristique bien sombre du cinéma actuel.
Dans Le vent se lève le fantastique de Miyazaki disparaissait au profit du rêve, le monde n’était plus enchanteur mais bien réel. Ce qui faisait la force de Princesse Kaguya c’était le parti pris artistique et poétique, en faisant en film à part, novateur et traditionnel à la fois utilisant un art millénaire celui de l’estampe. L’échec de ce film prouve que la poésie et l’art a été supplanté par la volonté d’en mettre plein la vue qu’importe l’histoire. Les blockbuster traduisent ce virage totalement commercial et artificiel que prend une grande partie du cinéma, qui l’éloigne du septième art. Si ce fait n’est pas nouveau il prend de l’ampleur et l’idée même de la fermeture d’un studio dont le succès a duré trente ans, n’est qu’une nouvelle preuve du désamour du plublic face à la vision artistique et à la poésie. Fort heureusement certain cinéaste sont encore des artistes même si on peut compter les véritables oeuvres digne du 7e art sur les doigts de la main et il reste encore un public pour apprécier leurs oeuvres. Pour ne pas finir sur une note trop défaitiste, formons le souhait que la flamme de Ghibli ne soit pas éteinte qu’il reste encore de la place pour la poésie et l’art au cinéma.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *